Court & Bref, la mini-interview avec Fabrice Mongilardi !

Publié sur

A titre exceptionnel et jusqu’à la durée de l’état de confinement, je lance « Court & Bref », mini interview à la tonalité psychologique et bienveillante en posant mes questions à un acteur économique ou culturel de notre Cité Phocéenne qui nous confiera comment il vit cette période si particulière. Il nous indiquera ses projets et son coup de cœur à lire, à voir ou à écouter. Et comment il perçoit « l’après »

Avec nous aujourd’hui, Fabrice Mongilardi, Coiffeur-coloriste, créateur du premier salon de coiffure écologique de France qui porte son nom.

Bonjour Fabrice, merci de m’accorder quelques instants.

Comment vivez-vous ce confinement ?

C’est très difficile l’idée d’être enfermé…mais on s habitue à tout …… je suis papa d’un petit garçon qui va avoir trois mois le 11 mai. L’idée de le laisser pour aller travailler m’angoissé terriblement …ce confinement est tombé à pic pour nous. Nous avions des soucis de garde. Et en travaillons tous les deux, ce n’était pas facile… Ce confinement est un cadeau du ciel…..

Que faites-vous pendant cette période de confinement ?

JE N’AI PAS LE TEMPS DE M ENNUYER … tous les matins le sourire de mon fils m’émerveille. Je savoure chaque instant et je me dis que nous avons de la chance avec mon mari de pouvoir s’en occuper, et d’être présent les 3 premiers mois de sa vie. Et quand je ne pouponne pas, j’en profite pour faire le tri dans mes affaires, de ranger et de pouvoir m’occuper de ma maison.

Une chose dont vous avez pris le temps de faire et que vous ne faites pas normalement ?

J’ ai épluché Netflix de long en large, j’ai pris le temps de me poser . Ayant une entreprise, ce n’est pas toujours facile de pouvoir le faire, c’est important de savoir prendre du temps, et de s’occuper de sa famille…

 Si vous deviez trouver un avantage au confinement ?

La nature a repris sa place, les rues de Marseille étaient enfin propres.. Pas de circulation, moins de pollution, moins de stress. J’adore mon travail, je suis épanoui dans ce que je fais, mais j’en avais oublié l’essentiel. Je trouve génial d’avoir du temps pour soi, de ne pas être pressé, de ne pas courir de partout. Cette parenthèse de trois mois m’a fait beaucoup de bien et m’a montré que j’avais aujourd’hui d’autres priorités.

 Avez-vous un conseil à donner pour bien vivre ce confinement ?

Je pense qu’il y a un temps pour tout.  Nous courons tous après l’argent, la réussite sociale, mais nous finissons par nous ’éloigner de l’essentiel. Le conseil que je peux donner, c’est de ne pas écouter tous les médias, de ne pas sombrer dans la psychose ni dans la sur-information. De pouvoir lâcher prise et d’accepter que dans ces moments-là , Il est inutile de stresser. J’essaye de voir toujours la petite lumière au bout du tunnel….

 Cet arrêt quasi-total invite bon nombre d’individus à réfléchir, se mettre en question, faire des choix ou bien tourner des pages. Vous a-t- il fait songer à vous remettre en question ? A éprouver une certaine nostalgie, à prendre conscience d’un regard tout autre sur les gens ou bien, au contraire, cela ne change rien en vous ?

Cet arrêt quasi total m’a fait prendre conscience de beaucoup de choses … j’ai appris à me poser, à prendre du temps pour moi, mon mari et mon fils, pour revenir a l’essentiel…… ce qui a été le plus difficile pour moi et de vivre enfermé, d’être privé de voir, mes amis, mes parents, de ne pas pouvoir les embrasser, et qu’ils ne puissent pas profiter de leur petit-fils.

 On découvre ou on redécouvre des coups de cœur. Livre, musique, cuisine, sport et bien d’autres encore…. Est-ce qu’il y en un ou plusieurs qui vous font renouer avec des influences de votre passé ou allez-vous vers la découverte de nouvelles initiations ?

Entre deux biberons je prends le temps de renouer avec ma passion :la cuisine (J’ai un mari cuisinier , Je suis toujours rentré tard de mon travail donc c’est lui qui se charge de préparer tous les repas) …. ça faisait longtemps que je ne m’occupais plus de la cuisine…. Et c’est avec un immense plaisir que je m’y suis remis. Je me suis remémoré les recettes de mes grands-parents et de ma maman qui savaient toujours égayer mes papilles !

Comment vous préparez-vous à « la sortie » ?

Je m’y prépare doucement …j’espère que les gens ne vont pas confondre déconfinement avec la fin du virus…. je continuerai à être prudent et à respecter les gestes barrières. En attendant, j’ai quand même hâte de pouvoir sortir , de retrouver mes amis de pouvoir faire enfin des balades sans se soucier de remplir l’attestation . Ça fait des mois que je rêve de faire du shopping…….

Comment voyez-vous le second semestre ?

Je suis quelqu’un de très positif, donc je vais dire que tout ira bien … De se remettre de cette crise ne sera pas facile mais il faut y croire… En attendant moi je suis prêt à retravailler et je suis content de retrouver mes salariés et mes clientes …

Merci pour votre sympathie et attention à m’avoir accordé vos réponses en quelques instants !

 

(C) Fabrice Mongilardi Coloriste.

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Précédent
Court & Bref, la mini-interview avec Thalie Testot-Ferry !
Court & Bref, la mini-interview avec Fabrice Mongilardi !