Court & Bref, la mini-interview avec Franck Araujo !

Publié sur

Dernière Edition de ce “Court & Bref”. Stéphane Soto avait, ce 21 avril, ouvert le bal de cette nouvelle chronique dédiée aux acteurs économiques et culturels de notre Cité Phocéenne et dont j’ai eu plaisir à mettre en place pendant les dernières semaines de confinement.

Aujourd’hui, Franck Araujo, Entrepreneur, Directeur de l’Accélérateur M, structure implantée à la Cité de l’Innovation et des Savoirs pour le développement des Startups du territoire de la Métropole Aix Marseille Provence, boucle cette dernière Edition.

Bonjour Franck, merci de m’accorder quelques instants.

Bonjour, merci à vous pour cette interview.

Comment vivez-vous ce confinement ?

Ecoutez, plutôt pas mal. Comme on dit, il y a pire dans la vie. Bien entendu qu’au fil des semaines qui s’écoulent, la lassitude peut nous envahir, mais c’est surtout la privation de notre liberté d’agir, d’aller et venir comme bon nous semble qui est la plus frustrante.

Que faites-vous pendant cette période de confinement ?

J’ai dû m’adapter, comme la très grande majorité des français, à cette situation aussi inédite qu’exceptionnelle. Les activités professionnelles ont été largement perturbées et j’ai fait en sorte de tirer parti du télétravail en cette période pour le moins indiquée pour tester ces nouveaux modes de collaboration qui peuvent s’avérer efficaces à défaut d’être optimaux.

Une chose dont vous avez pris le temps de faire et que vous ne faites pas normalement ?

Prendre le temps avec les miens. Le rythme d’avant qui s’imposait à moi ne me laissait que peu profiter de mes proches. Cette période m’a permis de partager des moments simples de la vie, comme préparer et prendre ensemble tous les repas, jouer à des jeux de société, marcher ou faire du vélo…

Et aussi le jardin et la maison dont j’ai pu m’occuper avec plus de temps et d’envie. J’ai bricolé, désherbé, biné, repeint… bref tout ce que je ne prends jamais le temps de faire.

 Si vous deviez trouver un avantage au confinement ?

Resserrer les liens familiaux, jauger notre résistance à la cohabitation 24h sur 24, et aussi tester en situation réelle le télétravail.

 Avez-vous un conseil à donner pour bien vivre ce confinement ?

Prendre sur soi et surtout prendre du recul : il y a tellement pire que de rester chez soi confiné… s’adonner à des activités nouvelles ou à remettre au goût du jour, lire, jouer, s’amuser et profiter les uns des autres, à condition de ne pas être confiné tout seul, ce qui peut être plus problématique !

 Cet arrêt quasi-total invite bon nombre d’individus à réfléchir, se mettre en question, faire des choix ou bien tourner des pages. Vous a-t- il fait songer à vous remettre en question ? A éprouver une certaine nostalgie, à prendre conscience d’un regard tout autre sur les gens ou bien, au contraire, cela ne change rien en vous ?

Je me suis résolu à arrêter de fumer pendant ce confinement. Ce n’est pas simple, mais c’est possible, la preuve ça fait 21 jours ! Crossed fingers !

De manière plus générale, je pense et j’espère que cette crise ne sera pas vaine et nous permette de manière globale et collective de prendre conscience de notre vulnérabilité et de l’impérieuse nécessité de nous entraider, d’être solidaire tout au moins à l’échelle de proximité… pour résumer, le lien humain est bien plus important que toute approche purement économique ou politique.

On découvre ou on redécouvre des coups de cœur. Livre, musique, cuisine, sport et bien d’autres encore…. Est-ce qu’il y en un ou plusieurs qui vous font renouer avec des influences de votre passé ou allez-vous vers la découverte de nouvelles initiations ?

Alors dans mon cas, je me suis consacré plus qu’à mon habitude à la cuisine. Par ailleurs, bien que j’aie pu lire deux bouquins que j’avais sous le coude depuis un bon moment, j’ai aussi profité de ce confinement pour « binge-watcher » la dernière saison de « Game of Thrones », série que j’adore. Sinon, rien de bien nouveau…

Comment vous préparez-vous à « la sortie » ?

Avec acharnement et aussi pas mal d’appréhension. Nous allons intégrer une nouvelle promotion de startups à accélérer et les conditions sanitaires qui guideront nos actions sont encore à découvrir et à mettre en place. Cette cohabitation avec le virus n’est pas évidente dans le quotidien qui sera le nôtre.

Comment voyez-vous le second semestre ?

Tout dépendra de comment on vivra l’été. Vacances, travail, un peu les deux, cela conditionnera certainement notre rentrée de Septembre. Toujours-est-il que la reprise économique ne sera pas forcément au rendez-vous, pour le meilleur comme pour le pire ! Ne devrions-nous pas en profiter pour questionner le Monde dans lequel nous vivons et celui dans lequel nous aimerions ou voudrions vivre à l’avenir. Pourquoi avoir toujours la croissance comme modèle ? Sans parler de décroissance, d’autres modèles ne pourraient-ils pas être expérimenté à la lumière de cette crise sans précédent ?

Merci pour votre sympathie et attention à m’avoir accordé vos réponses en quelques instants !

Merci à vous Béatrice, ce fut un réel plaisir d’échanger avec vous. A bientôt.

 

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Précédent
Court & Bref, la mini-interview avec Laure Adjemian !
Court & Bref, la mini-interview avec Franck Araujo !