Court & Bref, la mini-interview avec Marie Abbas !

Publié sur

A titre exceptionnel et jusqu’à la durée de l’état de confinement, je lance « Court & Bref », mini interview à la tonalité psychologique et bienveillante en posant mes questions à un acteur économique ou culturel de notre Cité Phocéenne qui nous confiera comment il vit cette période si particulière. Il nous indiquera ses projets et son coup de cœur à lire, à voir ou à écouter. Et comment il perçoit « l’après »

Avec nous aujourd’hui, Marie Abbas, propriétaire-gérante du Bistro Vénitien, Chez Marie, dont la réputation de l’établissement, implanté au cœur du Cours Julien, n’est plus à faire.

Bonjour Marie, merci de m’accorder quelques instants.

Comment vivez-vous ce confinement ?

Les 15 premiers jours plutôt bien, car je m’étais préparé à ce que ça ne dure pas. En suite cela est devenu plus compliqué car j’ai compris que nous les cafés restaurants nous n’allions pas rouvrir de sitôt. Je ne me suis pas trompé car une bonne partie des commerces vont rouvrir et nous, nous allons encore rester fermer quelques temps.

Que faites-vous pendant cette période de confinement ?

Au début de ce confinement, ma priorité a été de rester en contact avec mes clients, mes amis, mes connaissances, ma famille… Du coup, j’ai commencé à faire de vidéos de cuisine avec beaucoup d’humour pour redonner le sourire, un peu joie et d’espoir à toutes les personnes qui me font confiance depuis des années. Ensuite ce confinement a été plus compliqué pour moi, du fait de se sentir enfermée, de ne voir personne, des tonnes de documents à fournir pour garantir les salaires des employés, tout en gardant l’objectif que mon affaire puisse traverser cette zone de turbulence au mieux.

Une chose dont vous avez pris le temps de faire et que vous ne faites pas normalement ?

Ça fait 28 ans que j’ai la tête dans le guidon en portant mon affaire à bout de bras. Le confinement m’a fait prendre conscience que je n’ai pas toujours accordé assez de temps à ma famille. J’ai donc profité de ce temps qui m’était donné pour m’occuper de la maison de ma maman pour qu’elle puisse s’y sentir encore mieux. Cela m’a permis de prendre le temps de me reconnecter à des choses essentielles.

Si vous deviez trouver un avantage au confinement ?

Comme je l’ai dit plusieurs fois ces dernières semaines, nous devrions être confinés tous les ans, pendant un mois (Sourire ndr). La nature reprend sa place, la planète respire, nous revoyons des priorités.

Avez-vous un conseil à donner pour bien vivre ce confinement ?

Le confinement c’est quelque chose qui n’est pas simple, car nous perdons notre liberté. Dans ce moment-là, le plus important est de se recentrer sur ce qui fait sens. J’ai pris le temps de m’occuper de moi, de mon couple et faire des choses que je n’ai le temps de faire, comme lire, marcher, prendre le temps…

Cet arrêt quasi-total invite bon nombre d’individus à réfléchir, se remettre en question, faire des choix ou bien tourner des pages. Vous a-t- il fait songer à vous remettre en question ? A éprouver une certaine nostalgie, à prendre conscience d’un regard tout autre sur les gens ou bien, au contraire, cela ne change rien en vous ?

Durant cette période, je me suis beaucoup remise en question. Ça fait presque 30 ans que je tiens ce commerce, j’étais persuadée que je ne pouvais pas, vivre sans. Bien évidement mon seul objectif aujourd’hui est de rouvrir mon restaurant, même si je sais que ce ne sera plus comme avant. Durant ce confinement j’ai eu beaucoup de soutien, et de très beaux messages d’espoir. Mais comme on dit souvent, c’est dans les périodes les plus compliquées que l’on voit sur qui on peut compter.

On découvre ou on redécouvre des coups de cœur. Livre, musique, cuisine, sport et bien d’autres encore…. Est-ce qu’il y en un ou plusieurs qui vous font renouer avec des influences de votre passé ou allez-vous vers la découverte de nouvelles initiations ?

Le fait de m’être occupée de la maison de ma maman, cela m’a permis de me remémorer des souvenirs de mon enfance, ainsi que de beaucoup d’anecdotes. J’ai également pris le temps de cuisiner ce qui m’a inspiré de nouvelles idées.

Comment vous préparez-vous à « la sortie » ?

Pour être honnête, j’ai peur. Malgré ça, je garde espoir et je prépare tout pour être en place et garantir une sécurité maximale à toute mon équipe et mes clients. Cette période m’a fait comprendre beaucoup de choses.

Comment voyez-vous le second semestre ?

J’ai une pensée toute particulière pour mes confrères, commerçants, exploitants de bars, de restaurants, de discothèques… pour lesquels cette reprise va être très difficile. Me concernant, je sais que ce deuxième semestre ne sera pas simple du tout. La vie n’a pas toujours été tendre avec moi, cependant elle m’a rendu plus forte, je suis prête pour affronter cette nouvelle épreuve.

Merci pour votre sympathie et attention à m’avoir accordé vos réponses en quelques instants !

http://lebistrovenitien.fr/

 

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Commentaire
  • Adrien
    mai 8, 2020

    Jolie interview. Je reconnais bien tes valeurs là : toujours honnête et sincère. Vivement de se retrouver au bistrovenitien !!!!

Précédent
Court & Bref, la mini-interview avec Dominique Frérard !
Court & Bref, la mini-interview avec Marie Abbas !