Court & Bref, l’après 11 mai avec Edouard Cailleau !

Publié sur

Devant la foultitude de retours plus que positifs et de demandes, “Court & Bref” continue !
Une seule question se pose : « Et après ? » Penser à « l’après » est une façon de mobiliser ses forces positives pour un futur que l’on imagine meilleur !

Comment va-t-on retrouver Marseille ? Les initiatives se construisent, mais seront-elles suffisantes ? Une prise de conscience collective va-t-elle faire bouger les lignes ?

Territoire, environnement, culture,etc… dans cette prolongation de « Court & Bref », c’est le point de vue des acteurs économiques, politiques et culturels de notre Cité Phocéenne que je décide de développer. Incontournables de notre Cité Phocéenne, ils et elles concentrent l’espoir et la résilience d’un renouveau toujours possible.

Le meilleur est devant…Go Marseille !

Avec nous aujourd’hui, Edouard Cailleau, Président du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) de Marseille et dirigeant de COOCKPIT, cabinet de conseil en Transformation et Solutions Digitales.

 

Bonjour Edouard, merci de m’accorder ces quelques instants.

Nous sortons à peine du confinement. Pendant que les marseillais reprennent tout doucement une vie normale. Quel est le pouls de Marseille, aujourd’hui ?

Le pouls de Marseille, et plus largement en France, est fébrile. Le déconfinement a permis à de nombreux acteurs économiques de relancer leur production et dans l’ensemble la reprise, certes très progressive, se passe bien.

Difficile de faire une analyse simple de la situation :les acteurs du tourisme et de l’événementiel font partis des plus impactés, tandis que des acteurs, comme COOCKPIT ont pu maintenir leur activité pendant le confinement ; nous travaillons sur des axes stratégiques ;aujourd’hui plus que jamais la digitalisation des processus métiers est au cœur des entreprises. C’est un élément indispensable pour faciliter le travail collaboratif, en présentiel ou à distance et surtout afin de mieux piloter son entreprise que ce soit pour pérenniser ses marges ou mieux piloter sa trésorerie.

Certains grands patrons français militent pour une « relance verte ». Des plans massifs d’investissements publics verts seraient le moyen le plus efficace pour relancer les économies, pour une après-crise plus soucieuse d’environnement. Pensez-vous qu’il faille une relance économique « verte » qui réindustrialise aussi l’économie de notre territoire ?

Le Centre des Jeunes Dirigeants et d’autres mouvements en France se sont réunis sous le collectif #noussommesdemain, appelant à une relance économique verte et inclusive. Pour ne pas refaire les erreurs du passé et penser un mode d’après plus durable, nous demandons que l’aide du gouvernement de 20 milliards d’euros dédiés aux grandes entreprises françaises pour protéger l’emploi et leur savoir-faire soient conditionnés à plusieurs critères environnementaux et sociétaux.

Selon la Banque de France, le confinement a coûté près de six points à l’économie française et l’activité économique en France a plongé de 27%  au mois d’avril par rapport à la trajectoire attendue avant la crise, en raison du confinement. Comment voyez-vous repartir l’économie de notre territoire ? Les initiatives se construisent, mais seront-elles suffisantes ? Une prise de conscience collective fera-t-elle faire bouger les lignes ?

Dans une période aussi mouvementée, les prochains mois s’annoncent difficiles. L’état a joué son rôle avec les aides mises à disposition des entreprises, cela permet de passer le tsunami et d’accompagner à court terme les entrepreneurs.

Sur une vision plus long terme, n’oublions pas que l’économie est un écosystème. Chaque entreprise est à la fois client et fournisseur ; nous avons notre rôle à jouer. Tout d’abord en payant nos fournisseurs dans les délais, et en maintenant nos projets d’investissements.

Comprendre la consommation de demain. La crise sanitaire a servi d’accélérateur à des tendances qui se dessinaient déjà. Hybride, made in France, petits créateurs, dans un monde post Covid-19, comment consommerons-nous ?

Avant de s’intéresser à la consommation, intéressons-nous à… la Solidarité !

C’est bien cette solidarité qui nous a poussé à agir différemment puis à modifier nos modes de consommation ; l’exemple typique est celui des producteurs locaux qui ont mis en place la vente sur place pour créer du lien, valoriser un savoir-faire et consommer local, …

Je pense que le Covid-19 a permis à chacun de se poser les bonnes questions sur sa façon de consommer.

Néanmoins, soyons aussi réaliste. L’effet post-confinement est comme les résolutions de début d’année… une volonté forte au 1er janvier plus difficile à tenir dans la durée. Alors même si le monde de demain ne sera pas aussi différent que celui d’hier, prenons déjà quelques bonnes résolutions et continuons à avancer dans le bon sens.

Le mois de mai nous amène progressivement vers l’été, saison de distractions. La culture est le reflet d’un monde polymorphe à la pluralité des sens.  Dans un sens courant, elle évoque généralement la connaissance des œuvres de l’esprit : littérature, musique, danse, art, etc. Et demeure aussi un « héritage social ».  Quelle « culture » aimeriez-vous voir à Marseille ?

Marseille est une ville multiculturelle et le restera ; c’est d’ailleurs ce qui fait la richesse de notre territoire ! Bien que les mesures sanitaires l’imposent, c’est une vraie tristesse de voir l’annulation de tous nos festivals cet été. Comme je le disais précédemment, le déconfinement va être progressif et il va falloir être patient…

Enfin, comment voyez-vous Marseille « demain » ?

Marseille, et plus généralement sa métropole, est en pleine mutation. Nous le constatons déjà depuis plusieurs années. Le covid-19 a accéléré une prise de conscience autour de son cadre de vie : un peu plus d’espace, et un cadre de vie et de travail agréable… Marseille y répond favorable ! Elle attire les nouveaux talents qui accélèrent le développement économique de notre territoire.

Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions !

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Précédent
Court & Bref, l’après 11 mai avec Vincent Richet !
Court & Bref, l’après 11 mai avec Edouard Cailleau !