Court & Bref, l’après 11 mai avec Patricia Guelfi-Mossotti !

Publié sur

Devant la foultitude de retours plus que positifs et de demandes, “Court & Bref” continue !

Une seule question se pose : « Et après ? » Penser à « l’après » est une façon de mobiliser ses forces positives pour un futur que l’on imagine meilleur !

Comment va-t-on retrouver Marseille ? Les initiatives se construisent, mais seront-elles suffisantes ? Une prise de conscience collective va-t-elle faire bouger les lignes ?

Territoire, environnement, culture … Dans cette prolongation de « Court & Bref », c’est le point de vue des acteurs économiques, politiques et culturels de notre Cité Phocéenne que je décide de développer. Incontournables de notre Cité Phocéenne, ils et elles concentrent l’espoir et la résilience d’un renouveau toujours possible.

Le meilleur est devant 🙂  Go Marseille !

Avec nous aujourd’hui, Patricia Guelfi-Mossotti, gérant de la société Apanage Conseil (Accompagnement juridique et patrimonial), et Directeur du Bowling et de l’Oliver Pub ,Rue Gaston de Flotte à Marseille.

Bonjour Patricia,  merci de m’accorder ces quelques instants.

Nous sortons à peine du confinement. Pendant que les marseillais reprennent tout doucement une vie normale. Quel est le pouls de Marseille, aujourd’hui ?

Loin , bien loin d’une arythmie Beatrice c’est le pouls d’une ville qui a su trouver dans la formidable énergie de ses habitants des ressources , une faculté à se réinventer et une générosité qui font  la Chaleur de notre ville ..

Loin , bien loin de ses clichés je  vois que des gens pour lesquels le mot Travail trouve toute sa valeur même si beaucoup d’incertitudes pèsent sur l’avenir  des commerces et de nos amis restaurateurs et de façon plus globale sur nos acteurs de l’industrie du tourisme et de la culture et des loisirs auquel j’appartiens également….

Certains grands patrons français militent pour une « relance verte ». Des plans massifs d’investissements publics verts seraient le moyen le plus efficace pour relancer les économies, pour une après-crise plus soucieuse d’environnement. Pensez-vous qu’il faille une relance économique « verte » qui réindustrialise aussi l’économie de notre territoire ?

Plutôt qu’Economie verte je lui préfère L’Economie  socialement responsable qui est une thématique au cœur des débats et  depuis quelques années déjà explorée … Elle fait preuve de sa pertinence et de la volonté de donner « Sens  » pas toujours aisée à mettre en œuvre car impliquant de contraintes il y a fort à parier que la crise que nous vivons va servir d’électrochoc …

 Selon la Banque de France, le confinement a coûté près de six points à l’économie française et l’activité économique en France a plongé de 27%  au mois d’avril par rapport à la trajectoire attendue avant la crise, en raison du confinement. Comment voyez-vous repartir l’économie de notre territoire ? Les initiatives se construisent, mais seront-elles suffisantes ? Une prise de conscience collective fera-t-elle faire bouger les lignes ?

 Le choix ne se pose pas à mon sens….Cette crise a mis en Lumière les métiers qui  font tourner un pays lorsque tout est à l’arrêt : le dévouement sans faille de nos professions de santé, le courage de nos routiers, celui des acteurs de nos  filières alimentaires  … Je pense également à nos acteurs de la mode Jocelyn Meire qui a fait du Hall du Palais de la bourse le vaisseau amiral de la fabrication de masques avec sa flotte de bénévoles ; je pense à Bernard Evans et Christian Keusseyan les dirigeants de » Pain de Sucre » qui le lendemain du confinement ont utilisé le tissu de « nos » maillots de bain pour en faire des masques sans couture à disposition gracieuse des infirmiers et pompiers … Voilà les exemples de La générosité et capacité à se réinventer des marseillais . Et plus qu’une  prise de conscience collective je vois une somme de prises de conscience et des actions individuelles

.Je crois à la vertu de l’exemplarité.

Comprendre la consommation de demain. La crise sanitaire a servi d’accélérateur à des tendances qui se dessinaient déjà. Hybride, made in France, petits créateurs, dans un monde post Covid-19, comment consommerons-nous ?

Nous consommerons moins mais mieux, nous consommerons «Vrai »

et je sais Béatrice  quel écho ce mot a en toi .

 Le mois de mai nous amène progressivement vers l’été, saison de distractions. La culture est le reflet d’un monde polymorphe à la pluralité des sens.  Dans un sens courant, elle évoque généralement la connaissance des œuvres de l’esprit : littérature, musique, danse, art, etc. Et demeure aussi un « héritage social ».  Quelle « culture » aimeriez-vous voir à Marseille ?

Pendant cette période nous avons pu prendre la mesure de ce que l’Art , la culture apportaient à notre quotidien et comment il le rendait plus doux …On a souvent dit qu’avec le confinement on nous donnait du Temps , pour moi le Temps qui vaut c’est le Temps qu’on vole ..Et paradoxalement toutes ces initiatives de chaines ouvertes , d’expositions virtuelles, de concerts live , des DJ  qui ont mixé (certains tous les jours), de jeunes musiciens (Ryan Sax), de shows souvent crazy,  les concerts Jazz relayés par le Château de la Buzine, nous ont fait voyager , nous ont donné » du champ…On nous a volé du Temps nous avons gagné de l’Espace …c’est cela que nous offre la Culture : de l’espace pour y accueillir l’autre sous toutes ses formes et ses expressions …

Cette crise doit remettre l’Humain au centre. Et je voudrais relayer ce message qu’a adressé ma Direction les premiers jours de confinement : « nous restons animés par la volonté de revoir tout le monde en forme et de bonne humeur pour continuer le Chemin, ensemble »

Enfin, comment voyez-vous Marseille « demain » ?

Pétillante !!!!!

 Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions !

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Précédent
Court & Bref, la mini-interview avec Caroline Pozmentier-Sportich !
Court & Bref, l’après 11 mai avec Patricia Guelfi-Mossotti !