Interview de Manuela D’Halloy, Directrice Générale du Who’s Who France

Béatrice Chakra- Vous êtes Directrice Générale du Who’s Who  depuis mai 2014. Cette éminente fonction faisait-elle partie de votre plan de carrière ?

Manuela d ‘Halloy – Après m’être formée et avoir fait mes armes pendant 15 ans dans un grand groupe du CAC40, je savais depuis longtemps que ma vie professionnelle se jouerait dans une PME … Créativité, agilité, réactivité, solidarité, décloisonnement des métiers, esprit d’entreprendre, tant d’éléments intrinsèques à toute PME qui correspondent à ma personnalité. Avoir rejoint plus qu’une PME, une grande marque, une véritable institution, le reflet et l’expression des meilleurs talents français, est par contre le fruit d’une opportunité qui m’a immédiatement séduite et inspirée. Chaque jour, mes actions ont un vrai « sens » : celui de faire rayonner la France !

Votre parcours centré sur le Management, le Marketing et la Communication vous prédisposait-il à  accéder aux responsabilités actuelles ?

Les 3 enjeux principaux des PME, à mes yeux, sont d’avoir une vision marketing, de mobiliser toute leur équipe autour de cette vision, mais aussi de pouvoir se faire connaître et communiquer sans disposer du budget d’un grand groupe … Mon parcours centré sur le Management, le Marketing et surtout le Digital, me permet de construire en mode collaboratif avec toute mon équipe, le Who’s Who 4.0 des prochaines années.

Comment le Who’s Who a-t-il évolué depuis 1974, quand Mme Marie Thérèse Lafitte a pris les rênes de la Société après la mort de son mari ?

Premier changement, le Who’s Who s’est féminisé, en corrélation avec la féminisation de la société active française, et jusqu’à atteindre 20% de femmes aujourd’hui contre moins de 1% à l’époque de Jacques Lafitte. Mais, les grands changements se sont opérés sous l’ère d’Antoine Hébrard qui a repris l’entreprise en 1984 :

  • une sélection encore plus rigoureuse grâce à un comité de sélection bénévole et anonyme, avec pour effet une stabilisation du nombre de membres,
  • une universalité encore plus importante des personnalités, reflet des nouveaux profils de réussite (davantage de PME, d’entrepreneurs de la nouvelle économie …),
  • des informations encore plus pertinentes, riches et certifiées (emails, comptes Twitter…), cette rigueur étant d’autant plus prisée face à l’approximation de certains sites web,
  • et bien sûr les transformations digitales initiées en 2011 et accélérées en 2015 : site web et application mobile Who’s Who in France, newsletter, abonnement internet, présence sur les réseaux sociaux, moteur de recherche avancé… Si vous cherchez les 10 meilleurs pâtissiers-chocolatiers ou les plus grands experts robotique en France, aucun site Internet autre que le Who’s Who ne vous les donnera ….

Chaque année, dit-on, un millier de personnalités entrent et sortent du Who’s Who : pourquoi un turn-over aussi important ?

Ce turn-over n’est pas un objectif, il est le fruit de notre rigueur de sélection : quitte le Who’s Who chaque année, toute personnalité qui n’est plus en activité, toute personnalité condamnée dans un dossier de justice, toute personnalité qui ne met plus à jour ses informations depuis de longues années …. Quant aux nouvelles entrées, nous les limitons au fil des années pour rendre la sélection encore plus forte. Le Who’s Who, « on y est ou on n’y est pas » : c’est notre raison d’être et c’est notre axe majeur de différenciation par rapport à tous les autres réseaux.

 Au-delà de la notoriété, de l’honorabilité, du mérite et du talent, la médiatisation favorise-t-elle l’entée dans le Who’s Who ? Sur les 22 000 biographies recensées, quel est le pourcentage de provinciaux ?

La médiatisation n’est pas le critère de sélection et, de là vient toute la difficulté de notre équipe rédaction à « dénicher » les talents du Who’s Who. Vous avez des personnalités, très secrètes, qui ne gèrent pas du tout leur notoriété et leur buzz et qui pourtant sont incroyablement compétentes, et vice et versa… La gratuité de l’entrée dans le Who’s Who est par ailleurs un gage d’objectivité absolue de notre sélection. Et pour répondre à votre question, 35% sont provinciaux.

 

manuela d'halloy

 

Crédit Photo : Who’s Who In France.

 

Propos recueillis par Béatrice CHAKRA – DailyBlog 2012 – 2015 -Tous droits réservés – septembre 2015

 

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Commentaire
  • molinéri
    septembre 8, 2015

    Avoir une vision marketing, fédérer ses équipes autour d’un projet et communiquer… Oui je partage à 100% ce point de vue. Que tous les dirigeants de TPE/PME puissent l’entendre !

Précédent
Le Barbès redonne l’heure (festive) à la Goutte d’Or
Interview de Manuela D’Halloy, Directrice Générale du Who’s Who France